SEM Luca-Alexandru Niculescu, Ambassadeur de Roumanie en France: Les liens traditionnels entre la Roumanie et la France sont fondés sur des affinités culturelles étroites, un attachement profond des Roumains à la langue française et des moments éclatants d’histoire commune

0
1,010 views

«Il y a longtemps que la Roumanie et la France se sont jointes dans les domaines de la pensée, des lettres, de l’art, de la science » – déclarait le général de Gaulle en mai 1968 dans un discours à l’Université de Bucarest, lors de sa visite historique en Roumanie. Il attribuait cette proximité à la latinité commune des deux peuples. Il mettait aussi en exergue la continuité des liens intellectuels solides noués au fil des siècles entre Roumains et Français, et ce malgré « les bouleversements infligés à notre Europe par la dernière guerre mondiale, puis l’opposition des deux blocs».

Un demi-siècle s’est écoulé depuis cette visite mémorable. La solidité des liens traditionnels entre la Roumanie et la France ne s’est jamais démentie depuis, en dépit des obstacles conjoncturels qu’elles ont pu rencontrer sur leur parcours. Ils sont fondés sur des affinités culturelles étroites, un attachement profond des Roumains à la langue française et des moments éclatants d’histoire commune. Les idéaux de la Révolution de 1789, que nous célébrons aujourd’hui à travers la Fête Nationale du 14 juillet, et auparavant ceux des philosophes français des Lumières, ont constamment nourri la réflexion et les aspirations au progrès des élites politiques roumaines. Dans son ouvrage intitulé „De l’influence française sur l’esprit public en Roumanie“, l’historien Pompiliu Eliade remarquait que „rarement l’action d’un peuple sur un autre fut plus complète, plus envahissante, plus enveloppante que l’influence française en Roumanie… on la reconnait dans toutes les manifestations de l’esprit roumain (…).» En outre, la France est devenue le pays d’adoption de bon nombre d’écrivains, d’artistes et de scientifiques roumains devenus célèbres, tels Constantin Brâncuși, Eugène Ionesco, Mircea Eliade, George Enescu, Tristan Tzara ou Gherasim Luca. Je suis heureux de constater que ces noms résonnent aujourd’hui dans la conscience de bon nombre de Français, et que leur origine roumaine leur est connue. Il s’agit d’un enrichissement mutuel entre deux pays et deux cultures qui se poursuit de nos jours et qui fait toute la force et la complexité de ces liens.

Où en est notre relation aujourd’hui? Placée sous le signe d’un Partenariat stratégique solide dans tous les domaines, la coopération bilatérale entre la Roumanie et la France a connu un essor très important ces 10 dernières années aussi bien sur le plan politique, économique et culturel. En même temps, La France demeure un partenaire et un allié essentiel au sein de l’Union Européenne et de l’OTAN. La volonté des deux pays d’approfondir leur Partenariat stratégique a été réaffirmée avec force lors de la visite en Roumanie, en août dernier 2017, du Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron – la première visite bilatérale que le nouveau Chef de l’Etat français a effectuée dans la région, geste qui marque, à mon sens, le caractère privilégié de nos relations.

Avec le lancement de la Saison Roumanie-France, qui débutera fin novembre 2018 pour s’achever le 14 juillet 2019, la période qui suit s’annonce extrêmement riche et dynamique pour les relations franco-roumaines, y compris sur le plan du dialogue politique au plus haut niveau. Ce sera sans doute pour la Roumanie le projet bilatéral le plus important de cette dernière décennie, qui coïncidera avec la Présidence roumaine du Conseil de l’Union Européenne. Plus de 300 événements sont prévus sous l’égide de la Saison à Bucarest, a  Paris et dans plein d’autres villes dans les deux pays. Les domaines sont des plus variés : de la culture et la gastronomie au sport, en passant par les nouvelles technologies, le but étant de toucher le public le plus large possible. La Saison coïncidera aussi de manière symbolique avec les célébrations du Centenaire de la Roumanie moderne, processus dans lequel la France a joué le rôle éminent que nous connaissons tous.

Les rapports entre les gens sont le ciment de toute relation solide, et nous avons à cet égard un vaste réseau de coopérations au niveau des autorités locales, auquel s’ajoutent les communautés très actives – celle roumaine de France et celle française de Roumanie, qui sont de véritables ponts entre nos deux pays.

La coopération économique reste un domaine essentiel de notre coopération. Nos échanges commerciaux ont enregistré l’année dernière de nouveaux chiffres record, avec une augmentation de 5%, pour un volume total qui dépasse les 8 milliards d’euros. Pour ce qui est des investissements, comme chacun sait toutes les compagnies françaises du CAC 40 sont présentes à l’heure actuelle en Roumanie. Un seul exemple, le plus visible car il touche le quotidien de milliers de Français et de Roumains, et pas seulement – celui de l’usine Dacia-Renault, qui continue de battre des records de ventes alors que la marque fête cette année ses 50 ans d’existence. Certes, le potentiel de développement des relations économiques reste très prometteur, aussi bien au niveau des grandes entreprises que des PME.

La coopération franco-roumaine, c’est aussi un dialogue permanent et des positions convergentes sur bon nombre de dossiers européens et internationaux. Face aux défis auxquels l’Union se trouve confrontée, la Roumanie soutient, tout comme la France, une Union forte, proche des citoyens et soucieuse de leurs attentes, à même d’assurer leur sécurité et leur prospérité. Comme je l’ai mentionné précédemment, le 1er janvier 2019, la Roumanie prendra la présidence du Conseil de l’Union européenne pour la première fois depuis son adhésion. Et dans cette perspective, la coopération avec la France est pour nous essentielle. Le président de la Commission Européenne, Jean-Claude Juncker, a eu une très belle phrase l’année dernière lors d’une visite à Bucarest : « Si la Roumanie n’est pas l’un des pays fondateurs de l’Union, elle a largement prouvé sa capacité d’être un pays refondateur de l’Union Européenne ». Ce sera donc un défi majeur pour la Roumanie et nous comptons beaucoup sur le soutien de nos partenaires français pour une présidence réussie.

Enfin, la dimension francophone demeure un vecteur important de notre Partenariat stratégique avec la France. En tant que pays-phare de la Francophonie en Europe Centrale et Orientale, la Roumanie reste engagée, aux côtés de la France, dans la promotion des valeurs francophones et de la langue française dans notre région.

En conclusion, tout en exprimant ma confiance la plus entière en l’avenir des relations entre la Roumanie et la France, je souhaite adresser mes plus chaleureuses félicitations à nos amis Français à l’occasion de leur Fête Nationale!