SUPPLEMENTS WORLD

135 ans des relations diplomatiques entre la Roumanie et la France: Un partenariat solide, une relation modèle

La meilleure radiographie en ce qui concerne les relations bilatérales franco – roumaines qui fêtent ces jours 135 ans, a été faite la semaine passée a Paris, par les présidents de deux pays, François Hollande et Klaus Iohannis, à l’occasion de la visite officielle  effectuée par le chef de l’état roumain à Paris, à l’invitation de son homologue français. Les deux chefs d’état ont réaffirmé la volonté politique commune de deux pays de consolider  le partenariat stratégique sur tous les plans, tant au niveau politique et diplomatique qu’économique et culturel.

Pour la deuxième fois a Paris au cours d’un mois, le président  roumain a été reçu avec ouverture et l’amitié  par le chef de l’état français, qui, à cette occasion a exprimé ses remerciements  pour la solidarité manifestée par la Roumanie aprés  les attentats terroristes sanglantes du janvier qui  ont endeuillé  la France. En signe de respect  et d’appréciation pour  Iohannis, Hollande a reçu son homologue avec des honneurs militaires a l’Hôtel des Invalides, faisant à celui-ci un compliment, dans le cadre de la déclaration de presse commune de la fin des conversations.

La France et la Roumanie, liées au long des années par une forte amitié issue de l’histoire et des affinités culturelles et linguistiques, ont toujours eu des idéaux et intérêts communs qui ont mené a travers le temps à la construction et la consolidation d’une relation modèle, tant sur le plan bilatéral que sur le plan plus large européen. Dans les années oú la Roumanie aspirait à adhèrer aux organismes européens et euro-atlantiques, la France a été un de supporter les plus fervents de la Roumanie sur ce chemin.

Il faut reconnaitre qu’entre Paris et Bucarest la vie n’a pas toujour été “en rose”. Quelques moments sensibles qui ont apparu sur le plan bilatéral, générés par des tensions occasionnelles ont toujours trouvées une solution par l’ouverture et la disponibilité au dialogue manifestées par les deux parties, d’une telle manière que même les situations les plus sensibles ont été résolues avec tact et diplomatie.

Dans la déclaration de presse commune faite le 10 février a Paris ensemble avec le président Iohannis, à la fin des conversations officielles du Palais Elysée, le chef de l’état français a souligné que cette visite montrait ainsi combien les liens entre la France et la Roumanie sont solides, sont puisés dans l’Histoire, mais se prolongent pour que nous puissions ouvrir de nouvelles perspectives ensemble.

“L’Histoire, c’est aussi la langue, puisque la Roumanie est un pays francophone qui fait une large place dans son système éducatif à l’apprentissage de la langue française et je veux encore en remercier le president, “ a déclaré  François Hollande.

Aussi, a ajuté le chef de l’état français, avec le président Iohannis, nous avons également parlé économie. La France est présente en Roumanie, des investissements importants ont été faits ces dernières années et nous voulons les amplifier. Je rappelle que RENAULT est très implanté en Roumanie et contribue à hauteur de 3 % à la production nationale roumaine. C’est dire l’ampleur de ce qui a pu être fait dans ce pays et dans l’intérêt aussi de la France, puisque c’est un courant d’échanges qui nous est favorable et qui fait que la balance commerciale est excédentaire pour la France dans sa relation avec la Roumanie

“Nous avons plusieurs sujets sur lesquels nous pouvons mieux coopérer encore, notamment les infrastructures, les projets d’autoroutes, l’énergie, y compris sur le nucléaire, les services, notamment tout ce qui est nouvelles technologies et également la défense. Je ne doute pas que la visite du président de la Roumanie permettra de faire encore d’avantage,” a dit aussi le président français.

Enfin, a-t-il complété , sur le plan culturel, il y a de nombreux rapports, échanges, relations universitaires, scientifiques et également la présence d’établissements culturels français en Roumanie et nous voulons que l’année 2018 soit une année particulièrement marquante, puisque ce sera le 100ème anniversaire de l’Etat roumain moderne et il y aura une mobilisation pour faire de cet évènement un grand moment d’amitié entre nos deux pays.

A son tour, le président de la Roumanie, a tenu à souligner à la fin de conversations officielles du Palais Elysée que l’invitation, en elle-même, reçu de visiter la France, est un fort symbole de l’importance que le président Hollande accorde aux relations bilatérales entre la Roumanie et la France, dans la vision tant de la partie roumaine que celle de la partie française.

En ce déclarant satisfait de la nature des conversations avec le président Hollande, le président Iohannis a montré que la relation bilatérale entre la Roumanie et la France, concrétisée dans un partenariat stratégique, se développe tant autour d’une très importante dimension politique qu’autour d’une coopération sectorielle très riche.

A cette occasion, le chef de l’état roumain a réaffirmé l’importance prioritaire pour la Roumanie d’un rapport avec la France et le souhait de le développer, y compris, dans le cadre européen.

“Les principaux repères de notre relation bilatérale concernent la coopération économique basée sur le souhait de diversifier, d’amplifier dans son ensemble la coopération économique dans beaucoup de domains,” a dit le président de la Roumanie.

Il a affirmé aussi qu’un aspect  très important pour les autorités de Bucarest, dont il a discuté avec le président Hollande, est celui de l’image qu’ont en France la Roumanie et la communauté roumaine qui vit dans l’Hexagone. “Nous sommes persuadés que des faits isolés, lorsqu’ils sont traités, élucidés, ne peuvent pas avoir un effet négatif de durée et de longue durée sur une longue relation de respect mutuel et de coopération politique et culturelle,” a souligné Iohannis, montrant qu’il a demandé a son homologue français du soutien pour les efforts dans le domaine de la lutte contre tout discours qui réduise une relation solide à des clichés.

Le chef de l’état roumain a précisé aussi qu’il a demandé le soutien de la France pour l’adhésion de la Roumanie à l’espace Schengen. “J’ai exprimé ma confiance qu’une décision positive sur l’adhésion de la Roumanie à l’espace Schengen pourra être adoptée le plus tôt possible,” a précisé  Iohannis.

Il n’est pas parti du l’Elysée sans assurer son homologue que la Roumanie va continuer de considérer la relation avec la France une priorité .

Les discutions de la semaine passée du Paris entre les présidents  Hollande et Iohannis ont relevées que la France et la Roumanie ont des positions harmonisées en ce qui concerne les stratégies communes sur les menaces et risques à l’adresse de la sécurité en Europe, soit terroriste, soit le la stabilisation des pays du zone géographique de la Roumanie.

Les deux pays, par les voix les plus hautes de leurs présidents ont aussi évoqué les priorités européennes de la lutte contre le terrorisme. “Dans ce sens, on encourage un investissement des efforts communs pour combattre ce fléau, pour amplifier notre coopération et notre coordination. Nous avons analysé les évolutions préoccupantes du voisinage oriental de l’Union européenne, mais aussi les modalités de rapprocher quelques Etats de cette région de l’Union européenne,” a dit le président de la Roumanie.

 

Related posts

Eight feared dead in Afghanistan plane crash

Test

Tribute to Italian Armed Forces in Bucharest

Nine O' Clock

Greek PM Samaras to miss EU summit following surgery

Nine O' Clock

Leave a Comment