BUSINESS SUPPLEMENTS

Eric Faidy, Président CCIFER: France-Roumanie, un partenariat économique dynamique et durable

Les relations économiques entre la France et la Roumanie sont caractérisées par une tendance très positive. Dans ce contexte, la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Roumanie (CCIFER) réunit une communauté de Presque 500 entreprises membres, avec un chiffre d’affaires d’environ 15% du PIB et plus de 125 000 emplois. La CCIFER œuvre à travers ses activités de renforcer la voix de la communauté française en Roumanie et de render visible une approche du marché stable, durable et basée sur une relation de partenariat.

 

Les échanges commerciaux franco-roumains

 

Les relations économiques entre la France et la Roumanie sont caractérisées par une tendance très positive.

La France détient une part de marché significative en Roumanie, estimée à environ 6%, en 4eme position après l’Allemagne, l’Italie et la Hongrie. La structure du commerce entre la France et la Roumanie reste équilibrée. La France exporte essentiellement des équipements industriels, des produits chimiques et pharmaceutiques, des produits métalliques et des produits agroalimentaires.

La Roumanie exporte vers la France essentiellement des véhicules et matériel de transport et des textiles. Les exportations roumaines vers la France sont en progression soutenue, avec une augmentation de 5% sur les 12 derniers mois.

La valeur totale des échanges franco-roumains s’élève à 6,6 Mds EUR, en progression de 4% par rapport à 2013.

 

Les investissements français en Roumanie

 

En ce qui concerne les investissements, la France reste un des leaders en Roumanie. Avec plus de 3500 entreprises actives à capitaux français, la Roumanie représente le pays avec la plus grande densité d’implantations françaises en Europe Centrale et Orientale. L’estimation de la Banque Nationale de Roumanie donne un stock de 4,6 Mds EUR. Si nous rajoutons à ce chiffre la valeur actualisée des investissements, ainsi que la valeur des investissements français faits depuis d’autres pays, le stock s’élèverait à 7 Mds EUR.

Les principaux investissements sont réalisés dans l’industrie, le secteur financier et des assurances et dans le secteur de l’énergie, de l’eau et des déchets. Des groupes français importants sont également présents dans la distribution, l’agroalimentaire, la construction et les services, surtout informatiques et télécom.

Les principaux investisseurs français sont le Groupe Renault – avec un chiffre d’affaires d’environ 3% du PIB, Société Générale qui détient à travers la BRD 20% du marché et le secteur de la distribution, ou suite à l’achat de Real par le groupe Auchan, les acteurs français en Roumanie représentent plus de 40 %.

 

La communauté franco-roumaine

 

Dans ce contexte positif, la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Roumanie (CCIFER) réunit une communauté de presque 500 entreprises membres, avec un chiffre d’affaires d’environ 15% du PIB et plus de 125 000 emplois. La CCIFER œuvre à travers ses activités de renforcer la voix de la communauté française en Roumanie et de rendre visible une approche du marché stable, durable et basée sur une relation de partenariat.

Les entreprises françaises ont été parmi les premières à s’installer en Roumanie et peu ont quitté le pays pendant la crise. Elles ont su s’adapter aux nouvelles réalités, diversifier leurs produits et leurs marchés et faire valoir partout dans le monde un des meilleurs atouts de ce pays – le capital humain. Les grands groupes autant que les entrepreneurs français ont rapidement compris que la Roumanie ne représente plus un réservoir de main d’œuvre pas chère, mais un potentiel de croissance basée sur la valeur ajoutée du personnel. Récemment, nous avons remarqué des investisseurs arrivés sur des niches ou la Roumanie est très compétitive dans des secteurs comme les services informatiques ou les services partagés.

Afin de rendre la Roumanie compétitive sur ces segments à valeur ajoutée afin de conserver les investisseurs déjà présents et attirer des nouveaux, la CCIFER a lancé avec les Conseillers du Commerce extérieur le Livre blanc de la Compétitivité qui précise 52 mesures simples et concrètes qui permettraient au pays de se démarquer dans un contexte européen. Structurées sur 8 domaines prioritaires : formation, innovation, marché du travail, infrastructures, marchés financiers, agriculture, énergie, tourisme, les recommandations du Livre blanc sont issues de la vie quotidienne de nos membres.

Stimuler la recherche, structurer la formation professionnelle, encourager le multilinguisme, flexibiliser le marché du travail, rendre les marchés publics transparents et accessibles aux petites et moyennes entreprises, développer une agriculture durable, encourager les économies d’énergies et l’efficacité énergétique –sont quelques exemples concrets de réglages qui permettront à la Roumanie de rester attractive et compétitive.

 

 

Related posts

Postal workers ask for Minister Dan Nica’s resignation

Nine O' Clock

NEWS IN BRIEF

Test

Isarescu: The digitization of industry, a new stage of economic development

2 comments

Leave a Comment