BUSINESS DIPLOMACY SUPPLEMENTS

M. François Coste, Président Chambre Française de Commerce et d’Industrie en Roumanie (CCIFER): La Roumanie est un pays attractif pour les investisseurs. Il faut juste créer le cadre propice au développement

L’année 2016 marque pour la CCIFER 20 années d’existence, un chiffre qui souligne la maturité d’une communauté, qui est formée par 450 entreprises avec un chiffre d’affaires cumulé d’environ 15% du PIB et plus de 135 000 emplois, et l’engagement de la Chambre auprès des entreprises membres et de la Roumanie.

Les relations économiques entre la France et la Roumanie sont très positives, vu que les investisseurs français ont trouvé des opportunités d’affaires en Roumanie depuis les années 1990 et ils ont créé une relation à long terme avec ce pays.

Les accords commerciaux bilatéraux France -Roumanie sont caractérisés par une tendance très positive; ils ont augmenté de 2% en 2015, par rapport à 2014, c’est-à-dire à 6.8 milliards d’euros. La France est le quatrième partenaire commercial de la Roumanie en se positionnant derrière les Pays-Bas, l`Autriche et l`Allemagne. Les principaux exports de la France vers la Roumanie se lèvent à 3.4 milliards d’euros, tandis que les exports roumains vers la France sont renforcés par l’industrie automobile, avec le succès exceptionnel de Dacia –Renault et les fabricants d’équipements.

Plus de 4000 entreprises à capitaux français sont actives dans le pays. Les investissements français comptaient en 2015 4,1 milliards d’euros, la France étant le cinquième investisseur en Roumanie. Les grands groupes industriels français sont bien représentés en Roumanie, toujours dans des secteurs clé et les plus dynamiques : industrie (automobile), BTP, agriculture, IT, énergie, services. Les grands groupes français sont leaders de leur secteur d’activité et ont attiré au fils du temps des petites et moyennes entreprises qui ont structuré le marché en constituant des filières professionnelles dans l’automobile, l’aéronautique, les nouvelles technologies, l’agriculture, etc.

Le climat d’affaires en Roumanie est à présent très favorable aux nouveaux investissements : le cadre fiscal, les facilités accordées aux informaticiens ou à la recherche appliquée, l’équilibre politique et la croissance économique. Ceci a attiré de nouveaux investissement comme Airbus dans l’aéronautique ou ont encouragé les entreprises déjà présentes à se développer: Lactalis a acheté la société roumaine Albalact, Leroy Merlin a acheté Baumax, Carrefour a acheté Billa.

La CCIFER œuvre à travers ses activités de renforcer la voix de la communauté française en Roumanie, rendre visible une approche de marché durable et basée sur une relation de partenariat et faire des propositions de valeur auprès les institutions publiques afin de travailler ensemble pour le développement de la Roumanie. Avec le lancement du Livre Blanc de la compétitivité en 2015, nous avons souligné que la Roumanie doit passer d’un statut «Low Cost» au statut de pays «compétitif». La Roumanie est un pays qui offre beaucoup d`opportunités de développement et une main d`œuvre bien qualifiée et compétitive, mais elle doit à la fois proposer une vision plus durable et stratégique en faisant valoir son potentiel réel en investissant dans les secteurs à forte valeur ajoutée.

Dans le Livre Blanc de la Compétitivité nous avons proposé 52 mesures qui, mises en place, contribuent à accroitre la compétitivité et l’attractivité du pays. Nos efforts ont porté leurs fruits puisque des progrès notables se remarquent dans la formation professionnelle, la stimulation de la recherche et de l’innovation, la transparence et la simplification administrative.

Cette année, début juillet, avec le Livre Blanc de la Construction, nous avons lancé un  document technique qui donnent quelques propositions simples pour déblayer les projets de secteur public, rendre le secteur privé plus compétitif, encourager le partenariat public privé et rendre la formation professionnelle plus adaptée aux besoins des entreprises.  Nous nous réservons le droit de continuer un dialogue ouvert avec les autorités publiques et d’être un contributeur engagé dans le débat public.

Nous poursuivons ce travail en nous appuyant sur les entreprises membres et les autres partenaires pour avancer sur des aspects encore bloquants. Nous avons plusieurs rôles – animer la communauté d’affaires franco-roumaine, porter sa voix dans le dialogue public, accompagner les entreprises françaises qui souhaitent s’y installer. A travers nos activités nous encourageons une dynamique dans la sphère économique, en créant de la valeur pour nos entreprises, pour leurs employés autant que pour la Roumanie.

 

 

 

 

 

 

 

 

Related posts

Nokia N8 and C7, available in Germanos stores

Test

INS: Average salaries grow

Test

NEWS IN BRIEF

Test